Les 7 choses à savoir sur Miss International (ou comment gagner l’élection au Japon !)

Voici l’adaptation et la traduction libre d’un article paru sur le site de référence Missology en octobre 2014 écrit par Stephen I. Diaz. C’est le point de vue extérieur d’un fin observateur du concours.


Extraits

« Année après année, Miss International suscite toujours autant de questions que de réponses : quelles sont les choses que les concurrents et les fans de concours doivent savoir sur Miss International ? Pourquoi les  résultats  sont si difficiles à prédire ? Pourquoi nous arrive-t-il d’être surpris presque chaque année?

Voici les 7 choses importantes qu’il faut savoir à propos de Miss International Beauty Pageant :

1. La plus belle fille ne gagne pas toujours. Bien que ce soit un concours de beauté et que la beauté soit la norme, les couches de maquillage et même la chirurgie plastique pour obtenir le visage parfait ne vous garantiront pas la couronne. Miss International parle aussi de la beauté intérieure, c’est pourquoi les filles font des activités préparatoires pour que l’organisation vérifie et vérifie encore leur véritable personnalité. Combien de fois avons-nous vu des filles magnifiques qui ne se préoccupaient que d’être belles physiquement, mais qui ont été ignorées en finale ? Il y a des choses que les fans ne voient pas mais qui se passent derrière la scène.

Kevin et Kylie
Kylie Verzosa et Kevin Lilliana, Miss International 2016 et 2017

2. Comment ça, pas de compétition préliminaire ? Les adeptes du concours sont habitués à l’idée que dans les concours de beauté internationaux, il doit y avoir une compétition préliminaire. Mais qu’en est-il de Miss International ? Où est la compétition préliminaire ? En fait, les activités quotidiennes constituent le tour préliminaire : les filles sont évaluées en fonction de leur comportement et de leur présentation au public. Lors de chaque visite de sponsor, un ou deux juges de la finale peuvent être présents ; cela peut donc être utile de se démarquer pendant les activités préparatoires.

3. Comprendre l’état d’esprit japonais. Miss International appartient à une Japonaise, Madame Akemi Shimomura, et son équipe salariée ou bénévole sur place est principalement japonaise. Les juges de la Finale sont aussi des personnalités japonaises. Une bonne candidate aura donc intérêt à bien se tenir du début à la fin du concours en ayant à l’esprit les goûts des japonais en terme de bonne éducation, de respect et de politesse. Et d’humilité. Sachez qu’ils n’aiment pas les femmes agressives ou bruyantes, encore moins arrogantes, sans parler de celles qui arrivent toujours en retard ! Au pays du Soleil Levant, on respecte les horaires ! En d’autres termes, ne soyez jamais en retard.

Voir aussi :
11 bonnes manières au Japon.
3 bonnes manières qui impressionnent les Japonais.

Miss International 2016
Au moment de la proclamation des résultats : sur la photo, Kylie Verzosa, Miss International 2016 et Khaoula Najine, Miss International France 2016 et Caroline Van Hoye, Miss International Belgium 2016.

4. Apprendre le code vestimentaire. Le Japon est un pays branché mode. Les articles de marque sont partout, surtout à Tokyo. En fait, il y a des moments où vous êtes jugés en fonction de ce que vous portez et du sac que vous portez. (…) Par conséquent, chaque fois qu’il y a des événements et des activités importantes, la candidate doit s’assurer d’être distinguée, dans le bon sens du terme. Elle doit donc anticiper l’événement auquel elle va participer et s’habiller de manière élégante et adaptée. En gros, il faut faire un effort quand vous êtes en représentation durant le concours, même si en temps normal vous êtes quelqu’un de simple.

Voir aussi :
Comment être élégante.

Devenir une femme classe : les 8 attitudes qui font la différence.
20 françaises de que le monde nous envie !

5. L’essence de la langue anglaise. Officiellement, l’anglais est la langue principale de Miss International. Est-ce que cela signifie que tous ceux qui ne parlent pas anglais n’ont aucune chance de gagner ? La réponse est NON ! (NDT : il  y a des chaperons absolument francophones). Miss International valorise depuis longtemps la traditionnelle présentation orale pour le top 10. Il n’y a aucune excuse pour les non-anglophones de ne pas s’y préparer en l’apprenant par coeur. Mieux : au Japon, il est plus admirable d’entendre un non-anglophone essayer de parler en anglais que quelqu’un qui est déjà natif. Au cours des activités préparatoires, il est également important de socialiser avec le personnel et les personnalités rencontrées. Ne pas bien maitriser l’anglais ne doit pas vous intimider ou vous retenir, car les Japonais ont sans doute le même niveau que vous. L’important est de communiquer ! 

6. À quoi s’attendre pendant la soirée finale ? Contrairement à d’autres, la soirée de finale n’est pas d’abord calibrée comme une émission de télévision mais pour valoriser toutes les participantes ; c’est pourquoi chacune est présentée une par une dans son Costume National, son maillot de bain et la robe de soirée. La gagnante se trouve être celle qui aura eu le plus d’impact positif lors des activités préparatoires ET de la soirée finale. Il n’y a pas de répétition quotidienne intense pour la soirée, mais l’endurance et la patience des filles seront aussi testées le dernier jour, lorsque la répétition générale se terminera deux heures avant le début de la soirée. Alors, soyez prêtes !

7. Connaître les juges. Comme mentionné précédemment, les filles doivent être conscientes qu’elles sont jugées lors de chaque activité. Il y a des activités où un ou deux juges présents, regardant les candidates qui ont retenu leur attention. Par conséquent, soyez sure que la personne la plus importante d’une organisation concernée par la visite sera probablement membre du jury. Gardez également à l’esprit que la majorité des juges rencontrent les filles avant la soirée de finale, et se font ainsi une idée de celles qui deviendront leurs favorites. Si la fille a la chance d’être parmi celles qui prononceront un discours à l’ultime étape, et convaincre ainsi les juges de faire d’elle la nouvelle Miss International, souvenez-vous que la majorité des personnes qui la noteront ne parlent pas couramment l’anglais. Connaissez votre public, mais surtout, connaissez ceux qui vous donneront les scores. »

Stephen I. Diaz est le correspondant japonais du célèbre site consacré aux élections de miss MISSOLOGY. Il couvre l’élection depuis 2003 ainsi que celles de Miss Univers Japon, Miss Earth Japon et  Miss International Japon.

Article original.

Les 7 choses à savoir sur Miss International (ou comment gagner l’élection au Japon !)
5 (100%) 11 votes